Sur la route de Rio 2016 – Mai 2016

Dans le cadre de son partenariat avec l’Equipe de France Olympique, Odalys accompagne durant leur préparation jusqu’aux JO de Rio 2016 deux athlètes : Haby Niaré, numéro 2 mondiale de taekwondo, qui s’est qualifiée haut la main en novembre dernier pour ce grand rendez-vous, et le véliplanchiste Louis Giard, le regard désormais tourné vers les Jeux Olympiques… de Tokyo en 2020.

Haby Niaré,
championne du monde de Taekwondo

Haby Niaré

« Depuis ma dernière lettre les choses ont bien avancé pour moi. En premier lieu j’ai remporté la médaille d’or lors de ma première compétition de la saison, l‘Open du Qatar, qui s’est déroulé du 14 au 16 mars. Je n’ai eu que 2 combats mais j’ai pu travailler de nouvelles choses que je n’avais pas l’habitude de faire et j’ai été très surprise et très contente de voir que tout se passait sans la moindre difficulté. Ensuite, départ pour Bonn, pour la coupe du président de la WTF (World Taekwondo Fédération). Nous étions beaucoup plus nombreux qu’au Qatar car cette compétition permet aux médaillés de participer à la prochaine compétition de référence : les championnats d’Europe seniors qui se dérouleront en Suisse en mai prochain. Je savais que cela allait être une compétition très intense et qu’il y aurait certainement des athlètes avec « les dents qui rayent le parquet.

Comme prévu, ça a été très dur mais je suis revenue avec une belle médaille d’argent, une simple sanction en finale me prive de la médaille d’or mais je suis quand même très fière de mes prestations. Le mois d’avril s’est terminé par les championnats de France sur les tapis du palais des sports de Gerland à Lyon. Et je suis fière de vous annoncer qu’Habygator a gardé son titre national qui lui tient tant à coeur ! »

Louis Giard,
membre de l’Equipe de France de Voile

Louis Giard

« Après quelques jours d’entraînements à Hyères, j’ai participé à la Sailing World Cup qui a débuté le 27 avril dernier, jour de mes 23 ans. Malgré une bonne vitesse, j’ai fait quelques erreurs le premier jour avant d’enchaîner deux bonnes journées pour revenir à la cinquième place au classement général provisoire avant la medal race. La météo ne nous a malheureusement pas permis de courir cette ultime course regroupant les 10 premiers. C’est dommage car j’avais la capacité de grimper sur le podium.

La plus grande difficulté de ce sport est de réussir à combiner tous les paramètres afin de réaliser la meilleure course possible. Ensuite il faut réussir à répéter cela tous les jours dans des conditions qui changent en s’adaptant sans cesse. Actuellement, je suis capable d’excellentes choses dans toutes les conditions, mais j’ai encore du mal à rester au top toute une semaine. A Hyères, j’ai encore été acteur de la compétition, mais je n’arrive pas à concrétiser cela par des podiums . Je vais donc continuer à travailler pour atteindre mes objectifs.

Après quelques jours de vacances au Portugal, je reprendrai l’entraînement mi-mai pour préparer un stage sur Rio avec le sélectionné Olympique. »